TIZI-OUZOU Clôture du Festival du tapis d’Ait Hichem

TIZI-OUZOU Clôture du Festival du tapis d’Ait Hichem

Le baisser de rideau sur la 8 ème édition du Festival du tapis d’Ath Hichem a eu lieu, hier, en présence du ministre de la Jeunesse et des sports, El Hadi Ould Ali.
Etaient également présents à la Maison de la culture Mouloud Mammeri qui a abrité cette manifestation, le wali de Tizi-Ouzou, Mohamed Bouderbali, le P/APW Mohamed Msela, les directeurs de l’exécutif de wilaya, de nombreux élus dont des députés et des sénateurs, en plus d’invités d’honneurs comme Akli Yahiatene, Taleb Tahar, Rabah Ouferhat, Azzedine Aït Djoudi et de nombreuses personnalités du monde artistique et culturel. Le public était par ailleurs présent en force, venu faire honneur au savoir-faire des tisseuses d’Ath Hichem. Dès l’entame de la cérémonie de clôture, le ton fut donné par le chanteur Malik Bacha, qui reprit avec brio l’indémodable « Avava inouva» de l’illustre chanteur Iddir. Un moment de pure symbiose et de communion entre l’artiste et l’assistance qui a d’ailleurs repris en chœur toutes les paroles de la chanson. Et le métier à tisser installer derrière le chanteur et animé par des tisseuses d’Ath Hichem a parachevé la beauté du moment. Celui-ci sera suivi d’un conte kabyle (Amacahu), raconté par Ghenouri Dihia qui le ponctua d’un émouvant achewiq. Ensuite, un documentaire sur les femmes tisseuses, les artisanes et artisans kabyles a été projeté au public. Les chants de Cherif Kheddam et Tagrawla « achhal davrid iyesligh» et «Yemma Teda hafi» ont amplifié la nostalgie dont irradiait le documentaire. Le commissaire du Festival, avant d’entamer son discours, a demandé de rendre hommage aux femmes tisseuses disparues. Retenant difficilement ses larmes, il dira : « Il n’est pas aisé d’être dans ce genre d’évènements sans avoir de l’émotion au souvenir de ces dames tisseuses qui ont disparu une à une ». Puis de juger que cette édition qui vient de s’achever « est la meilleure de toutes ». Il faut dire que le nombre des visiteurs a sensiblement augmenté, selon les organisateurs. Le concours du Meilleur Tapis et celui du Meilleur objet artisanal ont eu lieu et les tisseuses ont pu vendre leurs produits. Les participants de la wilaya et des autres wilayas du pays ont exprimé leur satisfaction. Ils sont d’ailleurs unanimes à reconnaître que le Festival du tapis d’Ath Hichem est devenu un important carrefour des artisans. Néanmoins, d’après le commissaire de ce Festival, aucun tapis n’a été estampillé durant ces journées, « car la matière première manque. Les tisseuses travaillent avec du fil synthétique au lieu du fil naturel exigé pour l’estampillage ». Et de signaler que « c’est l’occasion pour nous d’interpeller les autorités concernées pour trouver des fournisseurs. Nous tenons néanmoins à remercier le wali, M. Bouderbali. Un autre grand merci au ministre El Hadi Ould Ali, sans qui ce Festival n’existerait pas. Nous tenons à saluer ses encouragements, son soutien et son accompagnement pour la préservation et la promotion des trésors de notre wilaya ».


Source: Dépêche de Kabylie